août 3

Une anecdote de sexisme dans le jeu de rôle et solutions

sexisme dans le jeu de rôle, slogan

Réaction à chaud à une anecdote au sujet du sexisme dans le jeu de rôle

Le sexisme dans le jeu de rôle et ma pomme

Les gens qui me connaissent savent que je monte souvent au crénau lorsqu’on parle de sexisme dans le jeu de rôle.J’ai tendance à croire que le sexisme dans le jeu de rôle n’est pas plus élevé que dans d’autres domaines de notre société patriarcale voir moins élevée .

J’avance souvent comme arguments la non importance du genre du joueur et des personnages dans les bouquins de jeu de rôle. Je parle de mon expérience personnelle en matière de sexisme dans le jeu de rôle mais je suis tombé il y a peu sur Facebook sur le partage d’une anecdote d’un groupe de joueurs où y a clairement un problème de sexisme dans le jeu de rôle, on peut la trouver ICI.

J’aimerai revenir dessus de mon point de vue, analyser ce qui n’a pas marché, les erreurs qui ont été commises de part et d’autre puis je continuerai par des conseils personnels (surtout du bon sens) pour éviter tout sexisme dans le jeu de rôle à l’avenir.

Résumé de l’anecdote

Parce que c’est en anglais d’une part, d’autre part parce que ça peut être assez long et vous ne souhaitez peut être pas tout lire, voici grosso merdo ce qui s’est passé :

  • Groupe de joueur lambda qui joue à un jeu médiéval fantastique
  • Le maître de jeu de sexe masculin en pince pour une joueuse, de sexe féminin, lui demande d’être sa petite amie, celle ci refuse.
  • Le maître de jeu, frustré se venge si je puis dire en forçant de manière plus ou moins subtile (seule solution possible pour avancer dans le scénario) la joueuse à faire accepter à son personnage les assauts sexuels d’un personnage non joueur alors que celle ci NE LE SOUHAITAIT ABSOLUMENT PAS !

 

Les erreurs commises

Comme je l’ai déjà dit sur le fil de discussion Facebook , pour moi le problème aurait largement pu être évité et il a été causé par le groupe complet , je m’explique :

Le maître de jeu

Principal fautif et bourreau, sa première erreur a été de ne pas savoir faire la part entre notre loisir favori qu’est le jeu de rôle et sa vie privée (son râteau avec la joueuse)

Sa deuxième erreur a été de ne prévoir qu’un seul dénouement possible (personnage de joueuse couche avec PNJ Y ou sinon histoire qui avance pas) et enfin sa dernière erreur a été de continuer dans sa voie.

Pourtant il voyait bien que la joueuse était mal à l’aise et ne souhaitait pas que son personnage ait des relations sexuelles, que ça la faisait sortir de sa zone de confort.

Le reste du groupe

Le plaisir de jeu est la responsabilité du groupe entier, pas uniquement du maître de jeu.

(Même si souvent celui ci détient l’autorité car c’est lui qui met en scène la partie).

N’importe quel joueur aurait pu s’insurger de la situation, menacer le MJ de quitter la table ou tout simplement lui dire gentillement « Tu vois pas qu’elle est mal à l’aise?  » ou « On va trouver une autre solution, ton personnage n’est pas obligé de coucher ».

Dans l’anecdote , il y a bien des joueurs qui s’insurgent (la partie ne continuera pas après cette séance désastreuse) mais le mieux est de réagir de suite.

Dans mon expérience personnelle, je suis devenu le petit ami d’une autre joueuse, directement le MJ de la partie m’a pris à part pour être sûr que ça n’aurait pas d’impact sur le jeu, et que si ça se terminait mal dans l’avenir, ça ne prêterait pas à conséquence pour le reste des joueurs.

OK il n’avait pas besoin de me prévenir mais bon, au moins il a fait la démarche , c’est important que les membres d’une table de jeu s’entraident, dans un bon groupe cette situation ne serait jamais arrivée.

La victime

Plus facile à écrire qu’à faire mais à sa place, j’aurai dis  « Je veux pas point, et si t’es pas content je me casse connard ! Pas ma faute si t’es trop moche pour que je sorte avec  toi » ou un truc dans le même style, quitter la table dans ce genre de situations est à mon sens un minimum.

Il faut marquer les esprits et que les gens comprennent bien que ce genre de situation N’EST PAS TOLÉRÉ DANS NOTRE LOISIR

Sexisme dans le jeu de rôle, mes conseils pour l’éviter

  • expliciter le contrat social : bien définir au début ce que l’on peut faire (ou pas) dans le jeu est une bonne idée pour éviter ce genre de dérapages.
  • cloisonner vie réelle et jeu : l’erreur du maître de jeu au départ à été de vouloir avoir en jeu ce qu’il n’avait pas dans la vie réelle. C’est plutôt malsain. Ça m’est déjà arrivé de nombreuses fois d’être MJ et d’avoir une petite amie comme joueuse, ou un meilleur pote à la table et j’ai toujours été impartiale, le jeu c’est le jeu !
  • une fille c’est un garçon avec des seins (ou un garçon c’est une fille avec une bite) : notre loisir est fait de tel sorte que l’on se moque éperdument du genre / sexe du joueur, seul celui de son personnage compte (et encore, juste pour les interactions sociales et rajouter un peu de couleur ), que ça soit le maître de jeu ou les joueurs, cette information n’est pas nécessaire.
  • on joue pour s’amuser : c’est con comme phrase mais c’est si vrai ! si le moindre comportement, même anodin provoque une gène ou quoi que ce soit d’autre, on arrête tout de suite et on en parle, le but c’est que tout le monde s’amuse à la table, filles comme garçons !

 

 

En conclusion, virez moi ces comportements de merde de vos tables, merci beaucoup d’avance merci.

Partagez !Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Print this pageShare on Tumblr0Share on Reddit0


Copyright 2016. Tous droits réservés

Ecrit 03/08/2014 par erwik dans la catégorie "Jeux De Rôle

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz